Les relations

L’Amour passe par soi même avant d’aimer son prochain

Un monde nouveau

Le jour où j ai déposé mes armes 

Oh mon beau miroir, dis moi…

Alors que je pensais être forte et irréprochable, j’étais finalement fragile et responsable. Comment peut-il en être autrement de notre venue sur terre? Nous arrivons selon certaines sagesses ancestrales en choisissant nos conditions terrestres afin d’évoluer, d’où la responsabilité face aux événements. Le tout est de réactiver notre supra conscience afin de ne plus apposer son masque de victime face à notre rêv-é-ovolution ça créé; Et d’accepter sa faiblesse telle notre arrivée sur terre. Cette vulnérabilité face à la nudité. Voir que l’autre qui nous accueille est notre Ami.

Nous passons notre plus tendre enfance à évoluer autour du concept que l’autre en face de nous est inférieur ou supérieur. Il nous est interdit de penser que l’autre est notre égal. Nos neurones miroirs copient absolument tout de notre entourage, nous nous modelons en fonction de notre environnement choisi afin de transcender et d’évoluer. Ainsi, nous devons passer d’une fréquence faible (dualité) à une fréquence élevée (unité). (Voir à ce sujet les travaux du professeur en physique régis Dutheil). 

Seulement dans un premier temps, notre « domestication » (therme de Don Miguel Ruiz) nous empêche d’accepter cette vulnérabilité et nous maintient dans un état de défense face à au monde extérieur. 

Notre carapace se modèle plus ou moins rigide et plus ou moins consciente. À partir de cet instant, l’autre est un potentiel ennemi dont il faut se protéger.

Nous grandissons, seul, avec toujours en tête cette idée de ” Je suis plus que… ou Je suis moins que…”. La dualité devient notre crédo, notre illusion devient notre croyance.

Seulement force « universelle » est de constater que nous faisons fausse route. Après quelques années d’errance et de désillusions notre Moi cherche une solution face à cette dichotomie. 

Bas les masques, de nouveau nu, l’autre Est Moi!

L’autre est mon meilleur ennemi. Il révèle chaque partie de ma carapace construite avec tant d’ardeur durant toute ces années. L’orgueil m’empêche parfois de l’admettre mais force “universelle” est de constater que je suis faible et responsable. Je viens de déposer mes armes, je suis responsable de créer un monde nouveau. Merci TOI Merci de m’avoir ouvert les yeux ouvert le chemin de ma liberté. Tu es aujourd’hui pour la première fois mon meilleur miroir. 

   Oh mon beau miroir, dis moi…

De tout coeur je peux te dire Je t’AIME.

Laetitia Amiot, février 2020.

Le détachement

Nécessaire d’après notre expérience, pour vivre une relation durable et épanouie. Mais avant tout, il faut comprendre le sens de ce mot. Le détachement n’est pas l’indifférence. Il est au contraire le plus grand cadeau que l’on puisse offrir à une relation. Cela en revient à “Ne pas en faire une affaire personnelle.” Agit, soit responsable et n’attend rien en retour. Le détachement est de libérer “notre âme” de ce corps de souffrance. De la laisser s’exprimer de bon’heur sans faire intervenir cette partie qui l’éteint progressivement afin de rester dans sa zone connue de confort: ce fameux douleur/plaisir de Freud.

Le détachement est le plus bel évènement que vous pouvez offrir à votre âme. N’oubliez jamais que pour aimer les autres véritablement, il faut en priorité s’aimer Soi.

Les chaînes de la souffrance rompus, vous êtes enfin libre d’exprimer qui vous êtes.

Éducation et/ou élévation

Il paraît que nos enfants arrivent choisissant leurs parents afin de vivre leur rêv E volution sacrée. Le jour où j’ai entendu cette histoire Raphaël avait quelques mois. N’étant pas en accord avec cette théorie au début, je l’ai rejetée tout en me disant qu’elle provenait tout de même d’une philosophie ancestrale asiatique, et qu’en général leurs connaissances se vérifient scientifiquement quelques millénaires plus tard.

L’amour possessif ou l’amour inconditionnel

Il est vrai que l’amour que l’on porte en général à nos proches est un amour possessif. “Je t’aime, donc tu es à moi.” Seulement, il apparaît évident que si l’on grandit un peu, nos proches sont des individus à part entière et nous sommes dans le respect vis à vis d’eux en les accompagnant et non en les dirigeants….Plus j’évolue en compagnie de “mes” enfants et plus je vois à quel point ils sont nos miroirs. À quel point il est de notre responsabilité d’ajuster notre état d’être en permanence afin que “nos” enfants grandissent en toute évolution.

Il est important d’apprendre à se connaître, pour faire face aux états émotionnels qu’ils déversent si facilement sur nous, (ou que nous déversons si facilement sur eux!) Car ils crient STOP aux dénis, STOP aux mensonges, STOP aux souffrances qui font que nous avançons dans la vie parfois à contre sens.

Ces êtres tant désirés

Finalement, ces petits maîtres, ces perles que l’on a désiré, nous demandent tout simplement d’être réalisés, de vivre en état de grâce. Ils sont là pour nous rappeler tous les jours ce qu’est l’Amour.

Et nous, aveuglés et empoisonnés par la peur et autres dogmes imposés, nous leur injectons nos frustrations, nos règles qui soit dit en passant nous saôulent. Nous devenons des automates dictant des lois ayant pour seule conséquence l’étouffement progressif de l’enthousiasme et de l’Amour primordial.

L’éducation=voir clair en soi

À notre sens l’éducation demande du courage et de la force de voir clairement en nous afin de résoudre chaque conflit dans la bienveillance. Une méthode très efficace à ce sujet est la philosophie Hawaïenne ancestrale Ho’hoponopono. Une méthode qui va vers une meilleure compréhension de notre autre en face de nous. Réapprenons à jouer avec nos enfants, ils sont là, nous les avons demandés, alors prenons du temps avec eux. Du temps de qualité!! Oublions un instant que nous sommes adultes et jouons! Laissons les exprimer leur feu sacré. Ils sont des sources d’inspiration pour nous, adultes qui avons oublié de JOUER avec la vie. Que le spectacle commence…